Follow by Email

Messages les plus consultés

28 novembre 2012

Stress et burn-out


Selon de nombreuses études parues sur le stress durant le dernier quart de siècle, 90 % corrèlent niveau de stress et performance en démontrant comment le premier influe négativement sur la seconde.

Situation plus préoccupante encore : un actif sur trois souffre de stress et d’épuisement professionnel ainsi que de perturbation du sommeil à cause du travail.

L’hyper investissement émotionnel arrive en tête des facteurs à l’origine de ce stress. Il touche ceux dont l’attitude mentale fusionne avec le projet d’entreprise au point de se créer une dépendance.

Bien que lié à la dimension individuelle, le stress a également pour origine les dysfonctionnements organisationnels et le manque de communication au sein des entreprises.

Le « burn-out », quant à lui, est un véritable syndrôme d’épuisement professionnel d’ordre mental, physique et émotionnel grave qui survient après de longues expositions à des situations de stress.

Il puise son origine dans le perfectionnisme, une conscience professionnelle trop poussée, l’incapacité à déléguer, le désir de plaire, une forte propension à l’anxiété. Il est bien souvent le résultat d’une rencontre passionnée et passionnelle entre un individu généreux et engagé, un projet qui inspire le dépassement et une entreprise dont les forces vives sont tendues vers la performance à tout prix.

Les symptômes sont nombreux tels qu’épuisement mental, fatigue permanente, sentiment de déprime, perte de l’estime de soi, sentiment d’incompétence ou encore irritabilité.

Le burn-out peut affecter une équipe, voire un service entier. Cela se traduit alors par des difficultés à fidéliser ses collaborateurs, de l’absentéisme, des demandes de mutations ou de ruptures conventionnelles, un malaise ambiant assorti d’une inefficience récurrente.

Le burn-out met en lumière les défis toujours plus fous que salariés et entreprises sont contraints de relever au risque de suffoquer. Il ne soulève pas uniquement un problème de gestion de compétences et d’énergies. Il renvoie brutalement à des problématiques de choix de société en termes de cohérence sociétale, de priorité de valeurs, de solidarité humaine, de morale managériale, de communication et de style de consommation.

Il nous responsabilise sur notre niveau d’engagement personnel dans les dimensions humaine et économique mais également environnementale et mondiale.